Diàlegs d’educació i comunicació ambiental de Catalunya

Diàlegs d’educació i comunicació ambiental de Catalunya
5 i 6 d’octubre del 2017

El Prat de Llobregat

Capalera

(tret de http://www.scea.cat/WEB2015/)

La comunicació i l’educació ambiental des d’entitats, centres docents, ajuntaments, governs o empreses s’han convertit en elements indispensables davant els reptes ambientals que ha d’abordar la nostra societat. Reptes globals com el canvi climàtic o la pèrdua de biodiversitat i reptes més locals com la mobilitat, la contaminació de l’aire, la gestió de l’aigua, els residus o la degradació dels espais naturals propers. Sorgeix aleshores la necessitat de comunicar de forma clara i precisa, a través de diferents canals, per generar confiança i incrementar el grau de consciència ambiental de la societat. I neix, també, la necessitat de triar quines estratègies i metodologies pedagògiques cal seguir per aconseguir que l’educació ambiental esdevingui un recurs per formar una ciutadania compromesa i corresponsable, favorable a l’acció per al canvi necessari.
Amb motiu de la celebració dels 30 anys dels primers programes locals d’educació ambiental, la ciutat del Prat de Llobregat acull els dies 5 i 6 d’octubre els diàlegs d’educació i comunicació ambiental centrats en els recursos i les tècniques que podem fer servir per establir bons processos d’educació i comunicació ambiental.

Consulteu el programa, reserveu la data i feu la vostra inscripció.

Coincidint amb aquests diàlegs, i en el marc de la celebració dels 30 anys dels primers programes locals d’educació ambiental al Prat de Llobregat, es podrà visitar l’exposició Camins de Natura, Itineraris Vitals des del dia 6 de setembre fins el 15 de novembre al Cèntric Espai Cultural.  Una exposició inaugurada al 2015 coincidint amb els 40 anys de la creació del primer itinerari de natura a Catalunya i a l’Estat (Bosc de Santiga, a Barberà del Vallès al 1975) i amb els 30 anys de la fundació de la Societat Catalana d’Educació Ambiental (1985), que té per objectiu reflexionar sobre el paper dels educadors i educadores ambientals i com repercuteix la natura i l’entorn en el desenvolupament de les persones.

Paral•lelament a l’exposició es proposen activitats guiades per conèixer, experimentar i comprendre millor allò que ens envolta.
Consulteu l’oferta d’activitats (disponible a partir de setembre) i feu la vostra inscripció:

Organitza: Ajuntament del Prat
Coordinació tècnica: Societat Catalana d’Educació Ambiental
Col•laboren: Diputació de Barcelona, Àrea Metropolitana de Barcelona i Generalitat de Catalunya.

Anuncis

El nostre planeta, els nostres drets

El nostre planeta, els nostres drets, guia UNESCO-PNUD educació, canvi climàtic i drets de la infància.

És possible que mentre et formaves per treballar en educació mai se t’acudís que lluitar contra el canvi climàtic estaria entre els teus objectius. Si el tema et va
interessar, potser no el vas relacionar amb la infància i els seus drets. Doncs bé, ara la
teva contribució a aquesta causa és insubstituïble i inajornable. En aquesta guia
t’oferim unes quantes idees i propostes per demostrar-t’ho. Ens agradaria que ens
acompanyessis en aquest camí i que participessis amb el teu centre o aula en una gran
mobilització pel planeta en el Dia de la Infància. Comptem amb tu!

Edita el comitè espanyol UNESCO i col·labora (amb tota la barra) el Santander…

OSEA de setembre!

(debajo en castellano)

bon setembre a tothom! bona entrada després de vacances!

  • Reserveu-vos la data, qui estigueu a Sant Cugat, per la II trobada OSEA a can Monmany, el 7 d’octubre, en la que podrem conèixer bé el projecte educatiu de l’Ortiga i moltes coses més!
  • El 18 de setembre comencem les sessions del grup de lectura d’Ecologia Política a cal Temerari.
  • Ens visitarà la Germania (asociación mujeres del Rosal) de Cotacachi (Equador) del 27 al 29 set. Al blog i facebook ja direm què farem, estigueu atents!
  • Tenim previst participar al Congreso Enseñanza Ciencias en Sevilla, 4-8 set amb Gresc@, a parlar d’Agroecologia Escolar i presentar el nou llibre!
  • Recordem que es celebra el WEEC a Vancouver, 9-15 set. La nostra sòcia 100, Lucie Sauvé, ja ens explicarà com ha anat.
  • Tenim previst participar en la trobada del moviment de renovació pedagògica de Sant Cugat el 20 set.
  • Coneguem aquest manifest de Patrick Viveret, visió francesa de l’EA.
  • Coneguem la nova aportació des de Venezuela (radio comunitària de Joves amb històries Ambientals) del nostre soci Pablo Kaplún de Mérida.
  • L’artista del mes, de nou el Carlos Jolón, no para de fer fotos i viatges.

Bon setembre!

OSEA, equip blog i organització

¡feliz septiembre a tod@s! feliz entrada después de vacanciones (para quien comparta este calendario escolar)!

  • Reservaos la fecha, quienes estéis por Sant Cugat, para el II encuentro OSEA en can Monmany, el 7 de octubre, en el que podremos conocer a fondo el proyecto educativo de l’Ortiga y muchas cosas más!
  • El 18 de septiembre comienzan las sesiones del grupo de lectura de Ecología Política en cal Temerari.
  • Nos visitará Germania (asociación mujeres del Rosal) de Cotacachi (Ecuador) del 27 al 29 sept. En el blog y facebook ya avisaremos qué haremos, estad atent@s!
  • Tenemos previsto participar en el Congreso Enseñanza Ciencias en Sevilla, 4-8 sept con Gresc@, a hablar de Agroecología Escolar y presentar el nuevo libro!
  • Recordamos que se celebra el WEEC en Vancouver, 9-15 set. Nuestra socia 100, Lucie Sauvé, ya nos explicará cómo ha ido.
  • Tenemps previsto participar en el encuentro del movimiento de renovación pedagógica de Sant Cugat el 20 sept.
  • Conozcamos este manifiesto de Patrick Viveret, visión francesa de la EA.
  • Conozcamos la nueva aportación desde Venezuela (radio comunitaria de Jóvenes con historias Ambientales) que nos envía nuestro socio Pablo Kaplún de Mérida.
  • El artista del mes, de nuevo Carlos Jolón, no para de hacer fotos y viajes.

Feliz septiembre!

OSEA, equipo blog y organización

El grup de lectura d’Ecologia Política comença el 18/set

El grup de lectura d’Ecologia Política començarà les seves sessions quinzenals el dilluns 18 de setembre a les 18:30h a cal Temerari (Carrer Plana de l’Hospital, 26, Sant Cugat del Vallès, Barcelona). Fem sessions fins les 20h, cal haver llegit algun capítol del llibre que estiguem llegint, ho publiquem aquí: https://osea2015blog.wordpress.com/grups-de-treball/ecologia-politica/

Ara mateix començarem -tot i que ho estem encara discutint- el llibre de Riechmann “Interdependientes y ecodependientes”. També anirem preparant lectures diferents, dinamitzades per la gent del grup.

Aquest és el calendari previst de sessions:

  • 18 set
  • 2 oct
  • 16 oct
  • 30 oct
  • 13 nov
  • 27 nov
  • 11 des
  • i ja fins el gener

Us esperem!!!

Moviment de renovació pedagògica de Sant Cugat, 20 set

Benvolguts/des,

En els darrers temps molts agents estan treballant per un canvi de metodologies pedagògiques a tot el territori i en concret a la nostra ciutat. Si ets un d’ells això t’interessa. Volem posar en marxa el Moviment de Renovació Pedagògica de Sant Cugat: 

MOVIMENT de RENOVACIÓ PEDAGÒGICA 

de Sant Cugat

·  Un espai de trobada d’agents educatius de la ciutat.

·  Una invitació a la reflexió i a l’intercanvi per tal de millorar la qualitat de l’educació.

·  Una oportunitat de formar part de la Federació de Moviments de Renovació Pedagògicacompartint inquietuds i fortaleses amb altres MRP de Catalunya i influint en les polítiques educatives del futur.

Vols unir-te al MRP Sant Cugat? Tothom hi té cabuda i la teva participació és clau!!!

Omple aquest formulari si vols informar-te més detalladament.

Dimecres 20 de setembre a les 19h a la Casa de Cultura 1ª trobada d’agents educatius de Sant Cugat.

T’hi esperem!

Ben cordialment,

Cristina Búcar (Associació Escola-Entorn, Portal activitum.cat)

Susana Garcia i Noemí Royes (Edbuilding.org)

Congrés Mundial d’Educació Ambiental 9-15 sept a Vancouver

http://weec2017.eco-learning.org/es

Líneas temáticas del Congreso

El tema del IX Congreso Mundial de Educación Ambiental (WEEC por sus siglas en inglés) es la Cultura y el Medio Ambiente: Tejiendo Nuevas Conexiones. Con este tema se hace énfasis tanto en la naturaleza multidisciplinaria de la educación ambiental, como se favorece la creciente visión que destaca la inseparable relación entre la cultura y el medio ambiente vinculándolos como productos uno del otro. Este tema destaca la necesidad de abandonar nociones en las cuales se afirma que todo es mensurable y/o que todo puedes ser controlado por los humanos. El paradigma del pensamiento ambientalista se caracteriza por la incertidumbre que surge al pensar cuáles son los caminos “hacia delante” vs. la idea de que “el progreso” es inevitable. El cambio cultural es también una condición necesaria y un requisito tanto para la reconstrucción como para la reinvención de nuestra relación con la naturaleza que, repercuta en una manera más sostenible de vivir. En congruencia con lo anterior, el WEEC en su novena edición (Vancouver, 2017) se caracteriza por ser un congreso de movilización cultural y medio ambiental.

Líneas temáticas del Congreso

  • Educación Preescolar/Infantil/Educación Inicial/ y Educación Ambiental (EA)
  • Educación basada en el Lugar y Aprendizaje Local al Aire Libre
  • Arquitectura y Eco-diseño / Diseño Sostenible
  • Enfoques basados en las Artes para la Educación Ambiental
  • Agricultura y Aprendizaje basado en Huertos
  • Diversidad Global y Cultural en la Educación Ambiental
  • Eco-sistemas urbanos
  • Comunicación ambiental (e incertidumbre)
  • El Conocimiento Indígena y la Educación Ambiental
  • La Ética como guía en el Aprendizaje y la Sostenibilidad
  • Responsabilidad Social y Agencia / Activismo
  • La naturaleza como maestra / La naturaleza como investigadora
  • Política Global y Educación Ambiental
  • Perspectivas, desafíos e innovación en la investigación

NOTA: La lista anterior separa lo que es inseparable, es decir los temas del congreso deben de entenderse como interconectados; siempre que sea posible los resúmenes deben de buscar reflejar estas conexiones entre las líneas temáticas. Las audiencias a las cuales deben de ser dirigidas las propuestas son: maestros / educadores, investigadores, o ambos.

Escrivim sobre EA des de Sant Cugat

Us animem a escriure amb nosaltres la història de l’EA a Sant Cugat i reflexions de passat, present i futur? Estem recollint contribucions per fer un document sobre això, una mena de “llibre blanc de l’EA a Sant Cugat”. Les reflexions, evidentment, poden ser més generals.

Ho farem a partir de desenvolupar l’apartat https://osea2015blog.wordpress.com/about/antecedents/ T’animes? ens fa falta la teva veu!

Escriu a osea @ openmailbox.org la teva contribució. Si no saps com començar… respon a aquestes dues preguntes:

  1. Què coneixes de la història de l’EA santcugatenca que vulguis compartir?
  2. Quina reflexions o quines reflexions (més generals o menys) vols fer sobre l’EA?

Manifest eco-francès de Patrick Viveret

Gresc@ ens envia aquest text francès sobre la situació planetària, en la línia Ally Kawsay (Viure Bé) i Complexitat de Morin, li diuen projecte REVER (somniar). Es tracta d’un text de Patrick Viveret, un filòsof:

Ce que change la perspective de la citoyenneté planétaire

 La vision du politique et de la géopolitique : de la puissance dominatrice à la puissance créatrice

Traditionnellement, une communauté politique  se construit (de la tribu à l’Etat nation en passant par la Cité et l’Empire) en pacifiant et en civilisant un espace intérieur face à une menace venant de l’extérieur : les Barbares chez les Grecs sont en fait les étrangers.

Or la grande question géopolitique actuelle n’est pas de savoir quelle puissance dominera le 22 ème siècle mais s’il y aura, pour l’Humanité, un 22 ème siècle. La civilisation humaine est bel et bien menacée d’effondrement mais c’est son irresponsabilité écologique et sociale, sa propre barbarie intérieure et non extérieure qui la menace.

La question de la défense traditionnellement au cœur de la gouvernance change ainsi de nature. Elle devient celle de la capacité de l’humanité à organiser son vivre ensemble sur une planète qui demeure habitable. La question écologique et la question humaine c’est à dire la capacité de l’humanité à affronter ses démons intérieurs et à grandir en humanité devient le cœur d’une nouvelle approche de la géopolitique bien symbolisée par le changement de posture d’anciens pilotes de chasse lorsqu’ils deviennnent astronautes et voient la Terre vue du Ciel. Cela change leur regard, qui devient plus compassionné (apte à la compassion ?) et constructif. L’homme devient tout naturellement citoyen de la Terre, voire de l’Univers. Tout petit et en même temps responsable de son avenir mais, de fait, enclin à l’humilité et à la solidarité car un élément fragile de la famille humaine. Des propositions telles que la création d’un véritable « conseil de sécurité de l’humanité » appuyé sur un « conseil de sages » et permettant  un dialogue exigeant avec l’actuel conseil de sécurité de l’ONU s’inscrit dans cette perspective.

Il y a donc nécessaire passage de la Puissance dominatrice qui fonde la géopolitique classique à la Puissance créatrice. Cela conduit à un changement de la notion de gouvernance. Et à une mutation qualitative de la Démocratie par rapport à la Démocratie compétitive et délégative pour aller  vers des formes de démocratie participatives et coopératives. De même, c’est le passage d’une politique fondée sur l’inimitié (la figure de l’ennemi) à ce qu’Aristote et Derrida nommaient « une politique de l’amitié » fondée sur l’idée que le « frater » (le genre humain en latin), ne peut survivre qu’en dépassant ses pulsions violentes. Cela ne signifie ni la fin des conflits ni celle des désaccords mais leur capacité à les construire de manière féconde 

Ceci conduit à un changement de la vision juridique : passage, comme le souligne Mireille Delmas Marty, de « la souveraineté solitaire » des Etats-nations à la « souveraineté solidaire »  capable de prendre en compte des éléments de « biens communs » écologiques et sociétaux. Elle prend appui dès aujourd’hui sur de nouvelles approches juridiques telles que la notion d’éco-cide ou de crime contre l’environnement mettant en danger l’Humanité. Le fait que la Cour pénale internationale puisse se reconnaître compétente si le lien avec un crime contre l’humanité est prouvé constitue un premier pas dans cette direction.

C’est aussi un dépassement de l’approche purement « inter-nationale » pour aller vers ce qu’Edouard Glissant nomme « la mondialité » : la mondialité s’oppose à une globalisation qui reste purement financière pour prendre en compte l’ensemble des questions écologiques et sociales mondiales. Cela signifie aussi les traiter en termes de subsidiarité pour que la mondialité ne soit pas contradictoire avec les différentes « identités-racines »  et qu’elle permette , comme le note Glissant, la construction des « identités-relations ».  Ainsi la reconnaissance d’une citoyenneté planétaire ouvrant pour tout être humain un certain nombre de droits et devoirs tirés de la Déclaration universelle des droits humains et d’une Charte de responsabilité écologique n’est pas contradictoire avec des formes de citoyenneté locales, nationales ou continentales. Bien au contraire, l´identité relation relève de la co-responsabilité avec les differentes échelles de vie et avec la survie de l´ensemble du peuple de la Terre.

Il y a aussi bien sûr changement du rapport à l’économie. Une Economie pleinement écologique qui respecte le fait que la gestion de nos petites maisons terriennes (sens du mot oikos logos en grec) dépend étroitement de la préservation de « l’oikos logos », de l’éco-logie,  c’est à dire de la grande maison planétaire. Cela appelle de nouveaux indicateurs de richesse et une approche de la comptabilité qui redonne au terme de bénéfice son véritable sens d’activités bénéfiques, sources de bienfaits qualitatifs et non quantitatifs. Or, nombre de valeurs ajoutées monétaires correspondent en réalité à des activités destructrices pour l’homme, la nature, la santé…, telles que l’exploitation humaine, les accidents routiers, l’aggravation des catastrophes naturelles (extractions ou constructions anarchiques) et même la consommation de cigarettes.*

Il y a également  Changement du rapport à la spiritualité. Spiritualité ouverte fondée sur le rapport à la beauté, au mystère de l’intériorité permettant de dépasser nombre de religions organisées autour de la peur de la soumission et du sacrifice. Surtout il y a dépassement de la logique de Puissance dominatrice qui a corrompu en profondeur nombre de faits religieux et à conduit aux pires guerres, celles conduites au nom de Dieu Cette spiritualité ouverte, créatrice et non dominatrice peut alors être pleinement cohérente avec une approche ouverte de la laïcité.

C’est donc un Changement du rapport entre microcosme et macrocosme qui conduit à une vision fractale tant de l’univers extérieur que de l’univers intérieur et ouvre à l’approche d’une transformation personnelle autant que sociale (cf axe TPTS. Approche travaillée collectivement depuis longtemps et particulièrement lors du 2ème FSM de Porto Alegre). Cela suppose bien sûr l’ouverture à une intelligence globale autant ouverte sur le cœur et le corps que sur l’esprit.

Il y a dès lors changement de la notion de civilisation. La perspective d’une Civilité mondiale permet d’offrir une alternative non seulement à la notion de civilisation colonisatrice mais aussi à la guerre de civilisations théorisée par les néo-conservateurs américains. Cela vaut en particulier pour le nécessaire dialogue, à la fois exigeant et ouvert, entre Modernité et Tradition capable de conserver le meilleur de la modernité (la liberté de conscience, la reconnaissance de la singularité et donc des droits de tout être humain) sans le pire (la chosification ou la marchandisation de la Nature, du Vivant et des Humains eux-mêmes) et d’opérer le même « tri sélectif » entre la part lumineuse  de la Tradition, la Reliance (à la nature, aux autres, aux questions du sens) sans sa part d’ombre : la Dépendance (contrôle social, fondamentalisme identitaire voire écologie misanthropique). Un dialogue qui se joue autant dans les quartiers de nos villes-monde qu’à l’échelle planétaire.

C’est toute la perspective de l’humanisme qui se trouve ainsi transformée . Coconstruction d’un Humanisme au service du Vivant et de la citoyenneté planétaire et non humanisme de domination de la nature et d’imposition d’une vision occidentale du monde.

L’enjeu du « buen vivir »

Dans cette perspective, la proposition initiée par les peuples premiers de l´Amérique Latine et parue avec force lors du FSM de Belem en 2009, propose une transition vers des sociétés du « buen vivir » (sumak kawsay en quechua), du bien vivre,  prend tout son sens.

Mais le Buen Vivir ne deviendra un véritable projet de société que s’il est incarné par un mouvement citoyen qui le prend suffisamment au sérieux pour s’organiser en conséquence autour de cet axe. Il nous faut en faire un enjeu d’expérience et pas seulement d’espérance. La simplicité des 13 pas proposés par les Indiens des Andes pour exprimer le sumak kawsay au quotidien, peut servir d´inspiration à tous ceux et toutes celles qui veulent entreprendre une transformation personnelle pour contribuer à la transformation sociale. Cette transformation commence par la vie quotidienne et finit par tout changer, car c´est un nouveau sens de la vie qui s´exprime dans la recherche d´« être bien », dans un sens ample : Être bien avec nous-mêmes, avec ceux qui nous entourent et avec celle qui nous nourrit, la Nature. Les 13 principes pour la recherche de l’équilibre sont: 1) savoir se nourrir de ce qui est sain ; 2) savoir boire en favorisant le flux de la Vie ; 3) savoir danser dans le rythme de l’Univers, 4) se reposer, dormir d’un jour à l´autre ; 5) être capable de travailler avec joie ; 6) savoir se taire et chercher le silence méditatif ; 7) penser en reliant le cœur et l’esprit ; 8) savoir aimer et être aimé, 9) savoir écouter soi-même, les autres et la Terre Mère ; 10) savoir parler de manière constructive ; 11) savoir rêver d’une réalité meilleure, 12) apprendre à marcher en étant accompagné des bonnes énergies et 13) savoir donner et recevoir.

Pour qu’une transition vers des sociétés du bien vivre soit possible il faut qu’elle soit désirable. C’est parce qu’une anticipation par un nouveau type de mouvement social et citoyen de formes d’organisations politiques, économiques, éducatives… aura créé à la fois ce désir et la démonstration qu’il est réalisable que des forces beaucoup plus nombreuses pourront en faire elles-mêmes un projet.

L’ambition de projets aussi ambitieux et radicaux d´une nouvelle civilisation ne serait pas envisageable sans lien avec une résistance créatrice  mais aussi des expérimentations  anticipatrices. C’est donc la stratégie du REVE proposée par les états généraux de l’économie sociale et solidaire  en France qu’il nous faut mettre en œuvre avec le V de lavision transformatrice qui débloque l’imaginaire, le E de l’expérimentation anticipatrice qui l’incarne, qui donne au R de la résistance un caractère créatif (sans quoi elle peut tourner à la révolte désespérée). Et, en facteur commun, le dernier E, celui de l’évaluation démocratique entendue au sens fort d’organisation de la délibération citoyenne sur ce qui fait valeur, valeur au sens originel de force de vie. On peut même y ajouter un second R celui de la Résilience refondatrice si nous sommes conduits, comme on peut le craindre, à affronter des situations d’effondrements provoqués par les années d’irresponsabilité écologique, sociale et financière de l’hypercapitalisme. Auquel cas notre projet devient REVER ce qui n’est pas inutile dans des temps qui peuvent être cauchemardesques. Et il faut oser rêver grand pour fédérer les enthousiasmes et réussir à surmonter les obstacles !

Nous devons donc construire une véritable “alliance des forces de vie” capable non seulement de résister aux logiques mortifères mais aussi de promouvoir cette grande Transition vers des sociétés du Buen Vivre dans la lignée des appels d’Edgar Morin, du manifeste convivialiste, de films comme “Demain”, Transition Town Totnes, Gaia Education, Global Ecovillage Network et de toutes les initiatives qui manifestent dans le monde entier une formidable créativité culturelle, écologique, économique, sociétale et citoyenne.  

Au cœur de ce Projet de Transition vers une société du bien vivre, il y a cependant un point aveugle important qui, faute d’être compris pleinement, conduit nombre de projets transformateurs à l’échec ou à voir limitée leur Puissance créatrice. Ce point aveugle c’est que nombre de projets alternatifs dans l’Histoire ont fini par échouer, non par la force de leurs adversaires (le capitalisme, le despotisme, par exemple) mais par insuffisance d’énergie créatrice intérieure. Le communisme par exemple s’est détruit de l’intérieur et a  produit ces caricatures mortifères de régimes totalitaires qui finissaient par rendre par comparaison le capitalisme désirable pour les populations qui en subissaient l’oppression. Toujours on retrouve, si on analyse les causes de ces échecs, le fait que des formes de mal de vivre, de mal-être, voire de maltraitance étaient fortement présents au cœur de ces mouvements. Or tout mal de vivre collectif ou individuel se traduit par un déficit d’énergie intérieure qui conduit à rechercher à l’extérieur l’énergie manquante. Cela se traduit par la rivalité dans les rapports avec autrui, la prédation dans les rapports à la nature et par la dépression dans les rapports à soi-même. A ce titre il n’est pas sans intérêt de voir comment des problèmes dits « personnels » ont joué un rôle décisif dans des bifurcations négatives de forces transformatrices : Qu’il s’agisse de Danton et de Robespierre, de Marx et de Proudhon, de Lénine et de Trotsky, de Castro et de Mao Tse Toung  etc. la liste est longue de ces influences négatives de manque de sagesse et de bien vivre intérieurs qui se traduisent par des formes brutales dans les modes d’organisation et de leadership. On peut sans difficulté en trouver de nombreux exemples dans l’actualité des organisations auxquelles nous appartenons les uns et les autres.

Le besoin de changer cette dynamique pour donner la place à des mouvements qui renouvellent l´énergie des participants en voulant changer le monde devient évident. Des mouvements basés sur l´autogestion et le leadership partagé qui valorisent la contribution de tous et de toutes confirment ce besoin de plus en plus conscient. Des collectifsdeviennent forts et attirants, prônant que les liens d´amitié – dans leur exigence et leur tolérance – sont une force politique et pas simplement un enjeu personnel. Ces collectifs créent les conditions pour que la confiance et l´amitié deviennent une force d´action en face de leurs objectifs et font un effort de cohérence de leur fonctionnement au regard des transformations dans le monde auquel ils aspirent.

Des expériences comme celle de l’ONG Gawad Kalinga aux Philippines montrent qu’un tel changement est possible à grande échelle, impactant des millions de familles, en se fondant d’abord sur des valeurs partagées et un rêve fou : éradiquer la pauvreté par l’éducation, la mise en valeur de la terre et l’entrepreneuriat social. Dans un premier temps, les partenariats sont nombreux et la croissance en tant que telle n’est pas remise en cause mais elle devient écologique, locale, frugale et partagée dans la convivialité. « La qualité de vie au Bas de la Pyramide (BoP) ne se mesure pas à l’aide d’outils quantitatifs comme le PIB, mais en s’appuyant sur des critères extra-financiers se rapportant à des valeurs telles que la ténacité, la résilience, la générosité, la quête de sens, le bien-être, la bienveillance et le partage. (…) L’objectif est de parvenir à une prospérité et une paix durables en n’abandonnant pas les plus faibles. Le défi réside dans notre capacité à produire des preuves et des modèles montrant que c’est possible. (…) L’entrepreneuriat social comme levier d’une économie positive constitue l’espoir des pauvres tout en proposant des produits qui répondent aux nouvelles tendances de consommation du marché. » Tony Meloto (fondateur de Gawad Kalinga), juillet 2017, Rencontres économiques d’Aix-en-Provence.

C’est dans cette perspective qu’au Forum social mondial de Porto Alegre nous avions proposé, à plusieurs “l’axe TPTS”, c’est à dire la nécessité d’avancer simultanément sur le terrain de la transformation personnelle et sur celui de la transformation sociétale. Le déficit énergétique provoqué par l’insuffisance de joie intérieure débouche sur la compensation de ce que le philosophe Spinoza nommait les passions tristes. Si, en termes écologiques, le mal-être est aussi à l’origine des formes boulimiques de productivisme et d’extractivisme, seule une sobriété heureuse,  (à condition d’insister sur ce second terme), est de nature à inverser ce processus délétère. Mais ceci n’est possible que si la qualité de conscience et de présence à la Vie nous permet cette progression.

La Joie de Vivre au cœur du Bien Vivre constitue l’alternative individuelle et sociétale aux économies du mal-être et de la maltraitance. Ainsi, selon les Nations unies, les dépenses annuelles de drogue et de stupéfiants représentent dix fois les sommes qui permettraient la satisfaction des besoins vitaux de l’humanité et les dépenses d’armement vingt fois ! Ajoutons que la publicité qui participe de cette économie du mal-être en vendant des promesses dans l’ordre de l’ETRE (beauté, bonheur…) pour mieux alimenter la course à l’AVOIR est évaluée elle aussi a plus de dix fois les sommes requises pour éradiquer la faim, permettre l’accès à l’eau potable ou  aux soins de base.

Ainsi il est impératif d’œuvrer dans le sens de notre propre transformation en nous posant laquestion : comment commençons-nous nous-mêmes à mettre en acte ce “bien vivre” dont nous proclamons la nécessité ? Comment construisons-nous un écosystème permettant l’accès de ses membres aux biens et services fondamentaux en mutualisant aussi bien les nouveaux outils que sont les nouveaux indicateurs de richesse, les nouvelles formes d’échange (monnaies citoyennes, LETS et SEL, accorderies, réseaux d’échange réciproques de savoirs etc), les leviers de l’épargne solidaire et de la banque éthique, les formes de mutation du travail et de l’emploi.

Comment construisons-nous des formes de coopératives politiques qui rompent avec les formes de la politique compétitive et égotique qui a conduit les courants de gauche et d’écologie à l’échec encore récemment ? Comment nous approprions-nous les nouvelles approches éducatives ? Comment utilisons-nous notre propre argent comme impulseur d´une économie plus humaine et écologique ? Comment développons-nous, dès le plus jeune âge, la conscience que les biens les plus précieux se multiplient en se partageant (l’amour, la joie, l’enthousiasme, l’optimisme, la recherche du meilleur en chacun, de l’opportunité derrière la crise, de l’arc-en-ciel après la pluie,… l’audace d’entreprendre, le plaisir de créer ensemble, de donner, de recevoir, de découvrir, de sortir de sa zone de confort,… l’intelligence du cœur, l’imagination, la connaissance et le respect de la Nature, la musique, la danse,…) ? Comment expérimentons-nous des formes de spiritualité ouverte  permettant que les questions du sens soient présentes dans nos échanges mais sous des formes alternatives aux fondamentalismes religieux ? Comment nous intéressons-nous aux nouvelles formes de l’art d’aimer, aux nouveaux rapports entre hommes et femmes, entre adultes et enfants, en nous souvenant que des anticipateurs comme Charles Fourier, Rosa Luxembourg ou Marcel Mauss considéraient qu’il n’y a a pas de transformation sociale possible sans mobilisation de l’énergie amoureuse ?

Il nous faut donc aussi ouvrir ce débat, recenser les expérimentations qui peuvent alimenter cette capacité à vivre individuellement et collectivement en conjuguant le sens et la joie à repérer toutes les innovations et expérimentations du Bien Vivre, du bien communiquer, du bien décider ensemble, en se basant sur les valeurs de bienveillance, au sein de l’écosystème global que constituent les acteurs qui œuvrent pour ” la Grande Transition”. Par exemple comment pouvons-nous résister à ces nouvelles «cadences infernales » que produisent les sociétés à flux tendus ? Comment nous organisons-nous de manière à coopérer pour ralentir grâce à notre convergence “arc en ciel” ? Nous avons la possibilité d’arrêter de vouloir faire tout tout le temps puisque, pratiquement chaque mois, un projet, un événement de notre grande famille potentielle du bien vivre, (c’est vrai à toutes les échelles de territoire mais plus encore à l’échelle planétaire) est organisé en jouant de la biodiversité de nos couleurs et en réservant les temps communs à des projets ou des événements à construire ensemble ? Comment réunir autour d’un projet mondial ambitieux, ouvert et partagé toutes les énergies présentes actuellement de manière fragmentée, à l’échelle locale ? Simplement il est important comme d’identifier cette grande famille par des signes symboliques (logos, labels, outils communs de communication, etc.) afin de la rendre visible et que ses membres, de plus en plus nombreux,  puissent se dire : oui, nous avons le pouvoir d’agir, nous sommes partout chez nous dans ce pays de la Terre, nous sommes des citoyennes et des citoyens du Peuple de la Terre et nous pouvons nous organiser pour assurer ensemble notre autonomie par rapport au système dominant et pour expérimenter les nouvelles formes de vie que nous considérons écologiquement et socialement les plus désirables !

Certes nous ne serons peut-être à l’origine que d’une cellule fractale de ce mouvement citoyen mondial pour le bien vivre. Mais tous les grands projets dans l´Histoire ont démarré ainsi et si plusieurs  acteurs présents, par exemple au FSM, sont prêts à coconstruire un tel Projet il pourra vite prendre de l’ampleur. La Vision doit être immense et l’Action prendra le temps, à petits pas, de la suivre, en confiance et en conscience, rayonnant par la qualité de ses résultats et attirant toujours plus d’énergies créatrices d’avenir.

 Patrick Viveret


7 d’octubre, II Trobada d’OSEA!

Estem organitzant la II Trobada d’OSEA a Sant Cugat.

Reserva’t la data! 7 d’octubre de 10 a 13:30h.

Volem presentar les darreres novetats en educació ambiental a Sant Cugat, els col·lectius/programes/experiències noves…

Necessitem que ens escriguis a osea @ openmailbox.org i ens diguis què pots presentar-nos! no cal una gran exposició, només explicar-nos en uns minuts què esteu fent, què heu fet, què voleu fer… i així que ho coneguem de primera mà. O si ho prefereixes, format pòster, document per repartir…

Estem encara decidint el lloc, el que sí volem és acabar menjant una mica, sigui aperitiu o dinar… T’esperem!!!!

Ajuda’ns a preparar la trobada! (document de preparació)

OSEA